Forum d'évangélisation placé sous la protection spéciale de Saint Michel Archange


    sans une bonne fessée l'enfant va mal tourner selon M. Dumouch

    Partagez
    avatar
    tournicoti-tournicoton

    Messages : 239
    Date d'inscription : 10/02/2012
    Localisation : bois joli

    sans une bonne fessée l'enfant va mal tourner selon M. Dumouch

    Message par tournicoti-tournicoton le Mar 13 Nov - 18:39

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Auteur: a.dumouch
    Date: 24-01-2005 13:16


    Cher Geopolis,
    Vous parliez dans votre entrée de la pensée de saint Thomas sur ce
    point. Il n'en parle pas explicitement du moins je ne m'en souviens pas.
    Par contre, le réalisme qu'il nous enseigne montre plusieurs cas où la
    fesséee est non seulement utile mais la seule façon d'aimer son enfant,
    selon ce proverbe de la Bible: "Celui qui hait son enfant lui épargne la
    correction."

    Voici deux cas extrèmes. Entre les deux, il y a une infinité de cas:
    1° Une petite fille de 3 ans, toujours sage. Elle résiste un peu pour
    manger ses haricots. Son papa fronce les yeux et aussitôt, cette petite
    fille pleure et pleure, comme traumatisée.
    >>>> le symptome est aisé: cette petite fille est trop
    sensible, trop fragile. il est essentiel de la fortifier, sous peine de
    retrouver, 12 ans plus tard, une adolescente remplie d'amour et...
    anorexique, ou suicidaire. Dans ce cas, en fortifiant son corps par de
    justes fessées (qui ne sont évidement pas méritées, mais le problème
    n'est pas dans l'instant, il est dans sa construction du futur), voici
    que son âme va se fortifier. Ma fille était ainsi. Maintenant, elle n'a
    plus besoin de fessées. Mais elle est forte et réaliste. Elle me regarde
    en face et résiste, non par provocation, mais dans une relation
    normale.


    2° Voici un petit garçon, un bon petit diable de 5 ans. Sa maman lui
    demande quelque chose et lui, dans un jeu très amusant et "sadique",
    s'amuse à la faire monter hors de ses gonds en mettant de la lenteur, ou
    en mettant à l'envers. La maman, si elle était célibataire, serait vite
    débordée et incapable de rien obtenir et le garçon pourrait vite suivre
    ses instincts et éventuellement un jour devenir méprisant, voire la
    menacer.
    Ainsi était mon fils. Face aux explications intellectuelles, il vous
    dévisageait d'un air de dire: "Cause toujours". La fessée a règlé tout
    cela.

    Dans le premier cas, un mouvement de jeunesse (scourtisme etc. aurait pu
    produire le même effet. Dans le deuxème cas, c'est impossible: la
    fessée était nécessaire.
    Arnaud

    infra
    Auteur: a.dumouch
    Date: 28-01-2005 13:36

    Vous ajoputez: """"""Juste une question :
    Est-ce que l’autorité doit être absolument souligner par des coups ?"""""
    Selon moi, pas ABSOLUMENT mais QUAND LE BIEN PROFOND DE L'ENFANT LE NECESSITE.
    Et dans le cas de mes enfants, cela s'est présenté deux fois:

    Pour la petite, cela a effectivement fortifié son caractère. J'espère
    lui faire faire du scoutisme pour développer sa force, sa capacité à
    affonter ses futures épreuves d'adulte.

    Pour mon garçon, il est évident que, sans la fessée, il serait devenu
    "sadique" avec sa mère et sa soeur tant il se moque des explications
    orales!

    Arnaud

    Éducateurs et psychologues bonsoir !

    Votre fille de trois ans pleure pour un rien, c'est qu'elle est faible !
    Le remède ? une bonne fessée.
    on ne dit pas ce qu'il faut faire si elle pleure après la fessée : en remettre une ?

    La fessée à régler tout cela

    et sans elle votre enfant deviendra
    12 ans plus tard, une adolescente remplie d'amour et...
    anorexique, ou suicidaire.
    Pour mon garçon, il est évident que, sans la fessée, il serait devenu
    "sadique" avec sa mère et sa soeur tant il se moque des explications
    orales!

    problème en effet :
    en fortifiant son corps par de
    justes fessées (qui ne sont évidement pas méritées, mais le problème
    n'est pas dans l'instant, il est dans sa construction du futur)

    Autant d'administrer une bonne fessée peut être justifiée, autant de telles affirmations ne la justifient pas.

    On ne punit pas "préventivement", c'est injuste.
    On ne bat pas un enfant pour lui "fortifier le caractère".
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1169
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: sans une bonne fessée l'enfant va mal tourner selon M. Dumouch

    Message par Admin le Mar 13 Nov - 19:08

    LOL! et bien, l'on est ici à des années lumières de sa théologie permicive et laxiste. Et alors, que fait on avec Arnaud Dumouch ? Une bonne fessée ? blush


    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    tournicoti-tournicoton

    Messages : 239
    Date d'inscription : 10/02/2012
    Localisation : bois joli

    Re: sans une bonne fessée l'enfant va mal tourner selon M. Dumouch

    Message par tournicoti-tournicoton le Mar 13 Nov - 19:57

    N'est ce pas c'est la même personne qui loue que l'Eglise ne procéderait plus par voie d’anathème, qui critique l'attitude de force de qui pense avoir raison, il faudrait au contraire la Kénose, se convaincre qu'on a tort, et faire de gros péchés pour qu'on ait bien honte et qu'on se sente bien nul.
    (sauf que le sentiment de nullité ou de culpabilité est indépendant de la gravité du péché d'une part, et surtout cette attitude est une maladie : ce qui sauve c'est les actes qui nous engagent, de notre volonté et intelligence, ce qui nous determine et pas ce qu'on ressent de nous même)

    sauf que

    1. l'autorité nécessite l'usage de la force. L'Eglise doit protéger les faibles, garder les agneaux des abus des loups. Nous avons un droit à ce qu'on nous protège, et c'est cela la miséricorde.

    2. On ne fait pas usage de la force sans justification
    frapper un enfant comme moyen de créer des traits de personnalité ce n'est pas exercer l'autorité.
    avatar
    Pèlerin

    Messages : 9
    Date d'inscription : 13/11/2012
    Age : 24
    Localisation : France

    Re: sans une bonne fessée l'enfant va mal tourner selon M. Dumouch

    Message par Pèlerin le Mar 13 Nov - 20:12

    Bonsoir,

    Je ne connais pas ce monsieur mais son discour fais peur. Surtout son assurance dans son argumentation.
    Une fessé est bonne quand celle-ci est merité. Quand le dialogue et le "coin" ne fonctionne réellement pas. Un enfant est loin d'être bête est comprend très bien lorsque qu'on prend le temps de parler et d'écouter.

    Enfin je pense. Après peut-être que je me trompe totalement.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1169
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: sans une bonne fessée l'enfant va mal tourner selon M. Dumouch

    Message par Admin le Mar 13 Nov - 20:52

    Ce pauvre homme tient des propos totalement irresponsables ! Imaginez les parents à tendance violente prenant connaissance de pareils propos ! C'est aberrant.

    Les punitions corporelles n'ont jamais été une référence en terme d'éducation, mais plutôt une preuve de faiblesse, un recours pour le parent dépassé par les évènements, et cela dans le cas d'une fessée dite méritée ! Une fessée non méritée, du genre " tiens! comme ça tu sais pourquoi tu pleures" relève de la débilité profonde, surtout venant d'un homme instruit.

    Un enfant, lorsque cela est mérité, peut être puni par des sanctions proportionnelles à la gravité de la bêtise (privation de tv, d'aller jouer dehors, etc... mise au coin), et ce dès qu'il est en âge de recevoir intellectuellement la leçon. Le plus déterminant ici, c'est la cohérence du parent avec lui-même. Si je menace, je tiens ! Pas de cris, pas de coups, simplement une fermeté et des LIMITES bien posées.

    Parallèlement l'éducation des valeurs, du mérite. Pas de cadeaux systématiques au supermarché, pas de cadeau parce que le frère en a eu un etc. Dire NON, c'est aimer son enfant. Une psychologue d'ailleurs avait intitulé un article ainsi: "Les enfants sont en manque... de manque" !

    Psychologiquement, une petite fille déjà sensible si elle reçoit en plus sans raison un châtiment corporel à cause de cette sensibilité apprendra une chose : INTÉRIORISER SA SOUFFRANCE ! C'est ainsi que naissent les pathologies du manque.


    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X

    Contenu sponsorisé

    Re: sans une bonne fessée l'enfant va mal tourner selon M. Dumouch

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 23 Oct - 18:53