Forum d'évangélisation placé sous la protection spéciale de Saint Michel Archange


    Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Admin le Lun 28 Nov - 9:35

    Arnaud Dumouch est un professeur de religion exerçant en Belgique et proposant des séries de vidéos par lesquelles il prétend "enseigner la théologie catholique". Hors, à plusieurs reprises, il a été démontré qu'il enseignait en réalité une théologie fausse et nuisible, parfois hérétique !

    Quelques théologiens diplômés, ont tenté d'intervenir sur les forums gloria.tv de ses vidéos, le confrontant à ses erreurs doctrinales et ses errements théologiques.... sans succès. Arnaud Dumouch continue à diffuser ad nauseam, le poison de son mauvais enseignement, s'entêtant dans l'erreur.

    Voir ici :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Et autres interventions de elpadremiodealba

    Toutes les interventions d'un théologien diplômé (doctorat) ici :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    D'autres critiques d'une grande pertinence ici :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Enfin, un dossier très complet, circonstancié et référencé ici :

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



    Dernière édition par M-Isabel le Dim 25 Nov - 21:53, édité 2 fois
    avatar
    Penelope

    Messages : 137
    Date d'inscription : 21/11/2011
    Age : 37

    Remarque

    Message par Penelope le Mar 6 Déc - 8:22



    Arnaud Dumouch passe son temps sur ses forums à dénigrer l'abbé Pagès :twisted: Je sais pas si vous êtes au courant mais il a fait supprimer les vidéos qui dénoncent ses enseignements hérétiques sur Dailymotion. Ce type est un extrémiste déguisé en catholique vaticaniste et ce qu'il fait est scandaleux. Il supprimer et bânit les membres de son forum qui défendent l'abbé et organise une vrai guerilla contre lui. On se demande bien d'où lui vient de "pouvoir" sur les plateformes et les forums pour faire fermer les sites supprimer les vidéos etc. Dieu nous jugera tous, mais certains vont sûrement avoir mal aux dents ! Laughing
    avatar
    DomineDeusRex

    Messages : 244
    Date d'inscription : 10/02/2012
    Age : 27
    Localisation : Québec

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par DomineDeusRex le Ven 10 Fév - 1:53

    Ce monsieur enseigne des théories ambiguës et hérétiques visant à rendre les âmes tièdes. Comme le type du néo-moderniste, sous couvert de «théologien» se disant de saint Thomas d'Aquin, il ajoute de la fantaisie pernicieuse à la doctrine catholique (salut universel, non-nécessité du baptême, etc.).

    Bref, ce n'est pas étonnant qu'il compte défroqués et hérétiques déclarés parmi ses supporteurs.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Hérésie Dumouchiennes

    Message par Admin le Ven 10 Fév - 8:26

    DomineDeusRex a écrit:Ce monsieur enseigne des théories ambiguës et hérétiques visant à rendre les âmes tièdes. Comme le type du néo-moderniste, sous couvert de «théologien» se disant de saint Thomas d'Aquin, il ajoute de la fantaisie pernicieuse à la doctrine catholique (salut universel, non-nécessité du baptême, etc.).

    Bref, ce n'est pas étonnant qu'il compte défroqués et hérétiques déclarés parmi ses supporteurs.

    De nombreux points de sa doctrine sont totalement hérétiques. En voici quelques uns qui ont été relevés par l'abbé Pagès. Vous retrouverez l'article rattaché au dossier complet ici : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



    Le souci de M. Dumouch est celui du salut des païens et des pécheurs.

    Pour cela notre auteur imagine la mort comme un passage suffisamment long pour que Jésus glorieux et Lucifer y apparaissent simultanément à l’âme afin de lui proposer chacun de faire enfin et alors seulement en toute lucidité et liberté le choix de sa destinée éternelle. Telle est « la manière dont Il (Jésus) sauve les païens » :

    « Le retour du Christ en gloire accompagné des nuées du Ciel (…) vécu par chaque homme au moment qui constitue la fin de son monde à lui, c’est à dire à l’heure de la mort. » (p. 13). La mort n’est pas donc pas la fin de la vie pour A. Dumouch, mais : « une deuxième étape de toute vie humaine », dans laquelle « Certaines propriétés nécessaires au choix (final) commencent à lui être données. » (p.50). Le salut ne peut donc se jouer dans la vie terrestre puisque ces « propriétés nécessaires » ne sont données que dans cette deuxième étape !

    C’est là une hérésie condamnée par l’Église qui enseigne :

    « La mort met fin à la vie de l’homme comme temps ouvert à l’accueil ou au rejet de la grâce divine manifestée dans le Christ. » (CEC n°1021) ; « Chaque homme reçoit dans son âme immortelle sa rétribution éternelle dès sa mort… » (CEC n°1022).



    Pour Arnaud Dumouch même après la mort le sort n’est pas définitif :

    « Il faut prier pour ceux qui viennent de mourir. Ils sont en train de jouer leur avenir éternel. » (p. 69).

    « Pour l’âme égoïste, convertie au dernier moment par la peur de l’Enfer, tout motif de crainte disparaît. Il lui est donné de choisir en toute lucidité le jardin de la liberté. Heureusement, cette force de conviction du démon est constamment rééquilibrée dans le sens de la vérité par la présence du Christ et des Saints. » (p.73) ;

    « Dans les temps anciens (…) Certains morts entraient déjà dans un certain paradis, non encore complet, que la Bible appelle le sein d’Abraham. La religion de l’Égypte antique témoigne qu’à cette époque reculée, l’homme juste ne restait pas en perpétuelle errance sur la terre. Au contraire, il était accueilli par un dieu mystérieux, appelé Anubis, et qui ressemble fort à l’ange de la mort. (syncrétisme)… De nos jours, le phénomène n’a pas disparu. Il semble en recrudescence tant le monde se matérialise. (…) Pour ces âmes commencent alors un temps de purification. Dieu respecte leur volonté de rester sur terre jusqu’à ce qu’elles veuillent bien comprendre leur erreur.Bouleversées par la conscience de la vanité de ce qu’elles adoraient, elles se tournent vers le Sauveur qu’elles ont entraperçu et l’appellent. » (p. 139) ;

    « Certains morts sont beaucoup plus difficiles à convaincre. Ils n’ont aucune idée de ce qu’est la vie spirituelle. Totalement matérialistes, ils s’installent dans leur errance. (…) Dieu permet cela non pour punir, mais dans un but pédagogique et pour sauver.» (p. 140) ;

    « Lorsque les hommes de ce siècle passeront dans l’autre monde, ils seront accueillis par les centaines de millions d’enfants avortés. Le pardon nous sera proposé. » (p.170) ;

    « Que fait Jésus des personnes qui se présentent à lui après une suicide ? (…) il accueille simplement, accompagné de la cour céleste. ‘Moi non plus, je ne te condamne pas.’ Il offre la Bonne Nouvelle et son propre cœur (…) Jésus demande en échange la confession des péchés, de ce péché en particulier qu’est le suicide, et l’amour. » (p.179-180).

    Sans compter que pour ce dernier cas, prendre pour exemple de salut possible celui d’un suicidé, est plutôt mal choisi, car c’est relativiser la gravité particulière de ce péché, mortel à tous points de vue. Arnaud Dumouch a la prétention de connaître ce que Dieu seul connaît et que l’Église avoue humblement ignorer. Citant Gaudium et Spes : « … nous devons tenir que Dieu offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’être associé au mystère pascal. » (GS 22.5), il ne craint pas d’affirmer :

    « Mon hypothèse sur la Parousie du Christ dans le moment de la mort prétend résoudre le mystère de cette façon que Dieu connaît. » (p.235).

    Il pense avoir ainsi trouvé rien de moins que l’achèvement de la Révélation :

    « il s’agit de la clé de voûte, celle dont Dieu conservait l’explicitation pour la fin des temps afin de conduire l’Église à la découverte de la vérité tout entière. » (p. 13).

    Voici donc que Arnaud Dumouch conduit enfin l’Église à la vérité tout entière, jusqu’ici oubliée :

    « Ce verset : « L’Esprit-Saint vous dévoilera les choses à venir. »(Jn 16.13) constitue l’explication de la lente redécouverte au cours de l’histoire de vérités qui avaient pourtant été enseignées en pleine lumière aux premiers chrétiens et aux apôtres. Je pense que Jésus a maintenu volontairement caché au cœur de la Révélation durant 2000 ans la manière dont il sauve les païens. Si les missionnaires avaient su que le Christ venait lui-même prêcher l’Évangile à l’heure de la mort, ils ne se seraient pas angoissés pour le sort des païens. » (p. 14).

    Autrement dit :

    la mort n’est pas la mort, et la conversion ici-bas ne sert de rien.
    L’Église a été infidèle à conserver au long des âges le dépôt de la foi dans son intégralité.
    Jésus est un dissimulateur : Il ne nous a pas tout révélé de ce que le Père Lui a fait connaître (Jn 15.15).
    Jésus est un menteur : Ses paroles ont bel et bien disparues avant que le ciel et la terre ne passent (Lc 21.33).
    Jésus est un sadique : Il a laissé pendant 2000 ans martyriser sans nécessité ses missionnaires.
    L’Église a envoyé des missionnaires au martyre et suscité des troubles partout à cause d’eux, sans raison.
    Nous sommes en pleine gnose.
    Bien qu’il ne soit pas toujours facile de trier le vrai du faux de propos infectés de modernisme tant la caractéristique de celui-ci est de les mélanger, on peut néanmoins aisément reconnaître qu’Arnaud Dumouch enseigne une gnose et des mythes. Pour n’en citer que quelques uns :

    « Aux musulmans, qui croient dans le retour glorieux de Jésus-homme (1) et le connaissent par l’intermédiaire de Mahomed (2), Jésus, vrai homme et vrai Dieu, se fait accompagner par le fondateur de leur religion (3). Ce dernier est devenu chrétien et sa présence est pour eux la plus belle prédication de l’Évangile. » (p.69)
    Tout est bien qui finit bien ! Ce n’est plus la peine d’évangéliser les musulmans : la conversion leur est proposée dans la mort, et c’est leur dévotion à Mahomet qui les sauve ! Arnaud Dumouch puise sa foi dans le New-Age (Cf. Conseil Pontifical pour la culture, Jésus-Christ le porteur d’eau vive) :

    « Depuis plusieurs millénaires les religions anciennes telles que celle de l’Égypte antique ou de l’Inde connaissaient la survie du psychisme humain. Elles affirmaient aussi que les animaux, étant doués eux-mêmes de psychisme, survivaient. Une religion encore plus primitive telle que l’animisme enseignait des rituels pour s’excuser auprès des « esprits animaux ». (…) Tout cela indique une tradition profonde et aujourd’hui philosophiquement accessible à la raison. » (p.206).
    « Nous sommes à la veille d’une autre vie, d’un autre esprit, d’un autre langage, d’un plus grand amour pour Dieu. » (p. 15).« L’islam enseigne aussi la résurrection des animaux. Ibn Taymiyya écrit à ce sujet... » (p.208).Arnaud Dumouch professe l’animisme : « Il ne convient pas qu’un esprit naturel soit frustré. Selon leur appétit naturel, les animaux et les plantes désirent (sic) exister perpétuellement, sinon comme individus, du moins comme espèce. » (p.207).


    Fricote avec le spiritisme :

    « La manifestation des âmes en exil est bonne pour les vivants… » (p. 140).


    Nie la différence spécifique de la nature humaine : les animaux vont au Paradis après être passés par un jugement :

    « Dieu fera la même chose pour eux que pour nous afin qu’ils puissent recevoir une compensation et un remerciement sensible pour les souffrances endurées pour nous sur la terre. » (p.207).


    A l’enfant mort sans baptême :

    « un père et une mère sont désignés [dans le Ciel], ainsi qu’un ange gardien. (…) [afin] qu’il soit élevé par deux amours qui s’harmonisent à la façon du Yin et du Yang des taoïstes. (…) Chacun au Ciel se presse pour adopter l’enfant qui arrive et la prière de milliers de pères et de mères du Ciel provoque probablement la venue du Saint-Esprit en Lui. » (p.161) ;
    « Les innocents sont d’abord adoptés par deux parents du Ciel. Puis ils sont baptisés. » (p.160) [Le salut est bien donné après la mort. Mais à quoi bon encore le baptême s'ils sont déjà au Ciel ?].Négation de la réalité de l’Enfer et de son éternité : Marie pleure pour les damnés (p. 186).« Lucifer aime Dieu. » (p.240).


    Négation de la distinction essentielle entre le Ciel et l’Enfer en leur donnant même lieu :

    « L’enfer étant un choix de liberté, respecté par Dieu, son lieu est le même que celui du paradis. C’est l’univers entier et ses merveilles. » (p.198).
    Notre Seigneur enseigne : « Allez loin de Moi, maudits, dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges ! » (Mt 25.41), et qu’« un grand abîme a été fixé, afin que ceux qui voudraient passer d’ici chez vous ne le puissent, et qu’on ne traverse pas non plus de là-bas chez nous. » (Lc 16.23+). De plus, le Ciel et l’Enfer sont des réalités qui ne sont pas de ce monde, en sorte que « les cieux et la terre d’à présent, la Parole de Dieu les a mis en réserve pour le feu (…) en ce Jour, les cieux se dissiperont avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, la terre avec les œuvres qu’elle renferme sera consumée. » (2 P 3.7-10) .



    Négation des peines de l’Enfer : Les damnés

    « auront la possession de l’univers. Ils pourront y faire ce qu’ils veulent selon le choix de leur liberté. » (p.198).
    Or, les damnés ne seront libres de rien, sinon de souffrir : « pieds et poings liés, dehors, dans les ténèbres. » (Mt 22.13).

    « L’état des corps des damnés sera contraire à l’état du corps des bienheureux.(…) leurs corps seront passibles, bien qu’éternellement incorruptibles. Ils brûleront en effet toujours dans le feu, mais ne se consumeront jamais. Les vers, qui les rongeront, dit Isaïe (66.24), ne mourront pas, et le feu, qui les torturera, ne s’éteindra pas. (…) leurs corps seront pesants ; car leurs âmes seront comme enchaînées à leur corps. En dernier lieu, leurs âmes et leurs corps seront, d’une certaine manière, charnelles. Et il est permis de leur appliquer cette parole de Joël (1.17) : Les bêtes de sommes pourriront dans leurs ordures. » (Saint Thomas d’Aquin, Le Credo, Nouvelles Éditions Latines, 1991, p.209).



    Négation du péché originel et dépréciation du corps humain perçu comme la cause du péché :

    « Ils se portent tout naturellement là où les conduit leur cœur, à savoir vers le bien et la lumière. Dès le premier instant de capacité à poser un acte libre, à cause de leur état séparé du corps charnel, ils se portent tout entiers et sans erreur vers l’objet de leur choix... » (p.166).


    Refuse la nécessité pour le salut, de la conversion, de la foi, et du baptême :

    « Il est impossible que ces humains soient séparés de Dieu à cause de leur seule ignorance de l’Évangile. » (p.219).
    Saint Pie X enseigne au contraire : « Nous affirmons qu’une grande partie de ceux qui sont condamnés aux supplices éternels subissent ce châtiment sans fin à cause de leur ignorance des mystères qu’il est nécessaire de savoir et croire pour être placés parmi les élus. » (Acerbo Nimis, 15 avril 1905), et le Catéchisme de l’Église Catholique : « Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement après la mort en Enfer. » (n°1035).



    Arnaud Dumouch blasphème les Saints :

    « Malheureusement, les plus grands saints théologiens ne cessent de se contredire… Ils ont dit tout et l’inverse. » (p.216).


    Il n’a pas compris ou falsifie l’enseignement du Docteur commun :

    « Un mort n’est pas un pur esprit comme le pensait saint Thomas d’Aquin. » (p.188).


    Il confond la souffrance et l’amour :

    « Les désespérés deviennent de très grands saints au Ciel parce qu’ils ont beaucoup souffert. » (p.180).
    « L’un des apostolats les plus prenants de la petite Thérèse consiste à accueillir, à l’heure de leur mort, tous les hommes qui un jour ont pensé à elle. Elle travaille à elle seule plus que tous les saints exceptés Marie et Joseph car elle est appelée par tous. » (p.185).
    « Le théologien découvre par des voies abruptes et compliquées ce que les enfants de Dieu savent depuis toujours, simplement en le fréquentant par la prière. » (p. 211).
    On se demande bien pourquoi le théologien ne passe pas son temps à seulement prier ! Si Arnaud Dumouch l’avait fait, aurait-il écrit quelque chose d’aussi incompréhensible que ceci :

    « Cet ouvrage veut montrer que la théologie, même lorsqu’elle fait le pari de la foi, est Parole de vie. » (p.10) ?
    Bref, pour son enseignement résumé en cette phrase : « Dieu apparaît à tout homme sous les voiles de son humanité avant de se donner sous la forme de sa divinité. Personne n’échappe à cette étape qui permet un choix libre. » (p.124. Cf. pp.13, 50, 117, 123, 137, 144, 231, 235), Arnaud Dumouch mérite certainement la même condamnation que John Wyclif, qui fut condamné par l’archevêque de Cantorbéry, Simon Langham, en 1368, puis le 22 mai 1377 par le pape Grégoire XI, pour cette affirmation : « Toute personne dans l’état de voie [c'est à dire toute personne sur terre, non encore arrivée au terme de sa vie qui est soit l'enfer, le purgatoire ou le paradis], tant adulte que non adulte, musulman, juif et païen, même mort dans le sein maternel, au ra une claire vision de Dieu avant sa mort, vision par laquelle il aura le libre choix de se convertir à Dieu ou de s’en détourner; et si alors il choisit de se tourner vers Dieu, il sera sauvé, autrement, il sera damné. » (L’Ami du Clergé,1932,p.133 ; wikipedia, John Wiclif).

    NB : Chacun saura faire de cette analyse l’usage qui convient.



    1 M. Dumouch semble ignorer que dans la tradition musulmane Jésus ne revient que pour anéantir les chrétiens, détruire toutes les croix, tuer les cochons, se marier, avoir des enfants, et mourir, comme tout bon musulman qui se respecte, enfin !

    2 L’anti-Christ Mahomet (Mt 24.4,11,24 ; Ga 1.8 ; 1 Jn 2.22-24 ; 4.2-4) pourrait donc faire ce que seul l’Esprit- Saint peut faire (1 Co 12.3) !

    3 Canonisé par A. Dumouch.




    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Invité le Ven 10 Fév - 19:03

    Modération : Commentaire de l'ex-membre "Dejean"

    Bonjour Admin,

    Votre message en bleu m'a donné l'envie d'aller voir directement les thèses d'Arnaud Dumouch. J'ai repéré quelques approximations dans la synthèse de l'Abbé Pagès.

    En fait, la différence essentielle qu'il a avec l'Abbé Pagès, c'est la définition de la mort.
    L'abbé Pagès la voit comme l'instant de l'arrêt du coeur (il ne s'y passe rien).

    Arnaud Dumouch la voit comme le PASSAGE DE LA MORT où il se passe des choses : le Christ revient dans sa gloire accompagné des saints et des anges et propose à tout homme le salut, de la même manière qu'il reviendra à la fin du monde.

    Et je vois que le pape Benoît XVI est très intéressé par cette hypothèse qui, loin de lui paraître hérétique (bien qu'elle ne soit pas thomiste), est présentée par lui à l'Eglise :


    - Pape Benoît XVI, décembre 2007 encyclique « Spe Salvi, 47 ».

    « 47. Certains théologiens récents sont de l'avis que le feu qui brûle et en même temps sauve est le Christ lui-même, le Juge et Sauveur. La rencontre avec le Christ est l'acte décisif du Jugement. Devant son regard s'évanouit toute fausseté. C'est la rencontre avec Lui qui, nous brûlant, nous transforme et nous libère pour nous faire devenir vraiment nous-mêmes. Les choses édifiées durant la vie peuvent alors se révéler paille sèche, vantardise vide et s'écrouler. Mais dans la souffrance de cette rencontre, où l'impur et le malsain de notre être nous apparaissent évidents, se trouve le salut. Le regard du Christ, le battement de son cœur nous guérissent grâce à une transformation certainement douloureuse, comme « par le feu ». Cependant, c'est une heureuse souffrance, dans laquelle le saint pouvoir de son amour nous pénètre comme une flamme, nous permettant à la fin d'être totalement nous-mêmes et avec cela totalement de Dieu. Ainsi se rend évidente aussi la compénétration de la justice et de la grâce: notre façon de vivre n'est pas insignifiante, mais notre saleté ne nous tache pas éternellement, si du moins nous sommes demeurés tendus vers le Christ, vers la vérité et vers l'amour. En fin de compte, cette saleté a déjà été brûlée dans la Passion du Christ. Au moment du Jugement, nous expérimentons et nous accueillons cette domination de son amour sur tout le mal dans le monde et en nous. La souffrance de l'amour devient notre salut et notre joie. Il est clair que la « durée » de cette brûlure qui transforme, nous ne pouvons la calculer avec les mesures chronométriques de ce monde. Le « moment » transformant de cette rencontre échappe au chronométrage terrestre – c'est le temps du cœur, le temps du « passage » à la communion avec Dieu dans le Corps du Christ.[39] Le Jugement de Dieu est espérance, aussi bien parce qu'il est justice que parce qu'il est grâce. S'il était seulement grâce qui rend insignifiant tout ce qui est terrestre, Dieu resterait pour nous un débiteur de la réponse à la question concernant la justice – question décisive pour nous face à l'histoire et face à Dieu lui-même. S'il était pure justice, il pourrait être à la fin pour nous tous seulement un motif de peur. L'incarnation de Dieu dans le Christ a tellement lié l'une à l'autre – justice et grâce – que la justice est établie avec fermeté: nous attendons tous notre salut « dans la crainte de Dieu et en tremblant » (Ph 2, 12). Malgré cela, la grâce nous permet à tous d'espérer et d'aller pleins de confiance à la rencontre du Juge que nous connaissons comme notre « avocat » (parakletos) (cf. 1 Jn 2, 1). »

    Il y aurait donc un "salut" possible dans l'acte même de la venue du Christ pour le jugement ?
    Dans un entretien à la TV italienne (dont je ne peux mettre le lien ici), le pape est encore plus explicite [/quote]
    Je mets ici une retranscription de ses dires :

    « Sainteté, Dans le Credo, on dit que Jésus est descendu aux enfers après sa mort. Pouvons-nous penser que nous le verrons-nous aussi après la mort et avant de monter au Ciel ?
    - Tout d’abord, cette descente de l’âme de Jésus aux enfers ne doit pas être imaginée comme un voyage géographique local. C’est un voyage de l’âme. Nous ne devons pas oublier que l’âme de Jésus touche toujours le Père mais que, en même temps, cette âme humaine touche jusqu’aux dernières frontières de l’être humain. C’est pourquoi elle va en profondeur vers tous les égarées, vers tous ceux qui ne sont pas arrivés au but de leur vie, et jusqu’aux hommes du passé. Cette descente de Jésus aux enfers indique que même le passé est rejoint par Jésus. Il embrasse le passé et tous les hommes de tous les temps. Les Pères disent avec une image très belle que Jésus prend Adam et Eve par la main, c'est-à-dire l’humanité et la guide vers le haut. Il crée ainsi l’accès à Dieu parce que l’homme ne peut atteindre la hauteur de Dieu par lui-même. Il prend l’homme par la main et ouvre ainsi l’accès au Ciel. C’est pourquoi cette descente de Jésus aux enfers, c’est-à-dire dans les profondeurs de l’être humain, dans les profondeurs du passé de l’humanité, vers les hommes du passé est une partie essentielle de sa mission de rédempteur.
    Cette descente de Jésus aux enfers des anciens ne s’applique pas à nous. Notre vie est différente. Nous avons déjà été racheté par le Seigneur. Pourtant nous verrons le visage du juge, de Jésus, à l’heure de notre mort. Et son regard sera purifiant car je pense que tous, plus ou moins, nous avons besoin de purification. Cette purification venant de son regard nous purifiera d’abord puis nous rendra capable de vivre avec Dieu et avec les saints, mais aussi en communion avec les personnes que nous aimons et qui nous ont précédé. »
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Admin le Ven 10 Fév - 20:37

    Au sujet des citations de Benoît XVI utilisées par AD, que dit réellement le pape de ce qui se passe "au moment de la mort" ?

    "Nous verrons le visage du juge, de Jésus, à l’heure de notre mort."
    et
    "La rencontre avec le Christ est l'acte décisif du Jugement." (Spes Salvi n°47)

    "Juge", "acte décisif du Jugement" : le pape ne fait que redire : la mort est le moment du jugement particulier ! On est loin de la fable dumouchienne d'un temps de grâce particulier où l'âme pourrait encore et librement se décider ! L'âme est jugée ! Jugée !

    Quant à ces expressions du Pape dans les mêmes textes :

    "C'est la rencontre avec Lui qui, nous brûlant, nous transforme et nous libère"
    et :
    " Et son regard sera purifiant car je pense que tous, plus ou moins, nous avons besoin de purification. Cette purification venant de son regard nous purifiera d’abord puis nous rendra capable de vivre avec Dieu et avec les saints, mais aussi en communion avec les personnes que nous aimons et qui nous ont précédé. »

    Il est bien évident que le Pape ne parle ici que des âmes méritant le Purgatoire, qu'il espère pour lui et ses interlocuteurs, et n'exprime pas la foi complète de l'Eglise sur le sujet, sans quoi il renierait la foi de l'Eglise dans l'entrée immédiate de certaines âmes au Ciel, sans passer donc par le Purgatoire (CEC n°1022), et la foi de l'Eglise en l'existence de l'Enfer (CEC n°1022, 1035)... Qui voudra croire que le Pape rejette l'enseignement du Catéchisme, à part Dumouch et ceux qui l'écoutent pour leur perte (2 tm 2.14) ?!


    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Invité le Dim 12 Fév - 7:12

    Bonjour Admin, Non, Benoît XVI parle bien dans Spe Salvi 47 de quelque chose de nouveau. S'il s'agissait des âmes du purgatoire comme vous le suggérez, cela se passerait après le jugement individuel.
    Là, cette purification et ce salut se passent face au Christ et accompagne le jugement. La différence est importante. Le pape envisage un salut face au Christ glorieux, entre l'arrêt du coeur et le jugement individuel.

    J'ai regardé la thèse de Dumouch :

    eschatologie.free.fr/livres/traitefinsdern.htm

    C'est très exactement ce qu'il dit quand il aborde sa question 8 sur l'heure de la mort envisagée comme "un purgatoire" pour ceux qui seront sauvés.

    Dans sa question 17, il envisage ensuite le purgatoire dont vous parlez.

    L'autre théologien récent (voir Spe Salvi 47) qui soutient cela dans l'Eglise semble être le Père Edouard-Marie Gallez, de la Communauté saint Jean. Maintenant, j'ignore s'il y en a des non francophones.
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Admin le Dim 12 Fév - 10:59

    Dejean a écrit:Bonjour Admin, Non, Benoît XVI parle bien dans Spe Salvi 47 de quelque chose de nouveau. S'il s'agissait des âmes du purgatoire comme vous le suggérez, cela se passerait après le jugement individuel.
    Là, cette purification et ce salut se passent face au Christ et accompagne le jugement. La différence est importante. Le pape envisage un salut face au Christ glorieux, entre l'arrêt du coeur et le jugement individuel.

    J'ai regardé la thèse de Dumouch :

    eschatologie.free.fr/livres/traitefinsdern.htm

    C'est très exactement ce qu'il dit quand il aborde sa question 8 sur l'heure de la mort envisagée comme "un purgatoire" pour ceux qui seront sauvés.

    Dans sa question 17, il envisage ensuite le purgatoire dont vous parlez.

    L'autre théologien récent (voir Spe Salvi 47) qui soutient cela dans l'Eglise semble être le Père Edouard-Marie Gallez, de la Communauté saint Jean. Maintenant, j'ignore s'il y en a des non francophones.

    Non. Benoit XVI ne proclame rien de nouveau et ne parle de rien de nouveau non plus. Ce n'est qu'à la lumière de l'interprétation hérétique d'Arnaud Dumouch que l'on peut prétendre le contraire, interprétation reprenant les théories Wiklyfiennes. Les âmes destinées à être sauvées sont SEULES visées par ces mots du Saint Père qui autrement, deviendrait hérétique. "La rencontre avec le Christ est L'ACTE DECISIF DU JUGEMENT", autrement c'est là qu'il est prononcé à ce moment et déterminera du degré de purification (purgatoire) devant être subi par l'âme. Toute autre interprétation de ces mots n'est pas catholique. IL n'y a pas de "repêchage" dans un "passage de la mort" où elle pourrait se convertir.


    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Admin le Dim 12 Fév - 11:03

    Par contre je lis sur votre lien :





    Nihil Obstat Archevêché de Paris


    Paris, le 12 mars 1992 (n° 50), M. Dupuy





    Imprimatur Archevêché de Paris


    Paris, le 5 novembre 1992, Mgr M. Vidal





    Auteur : Arnaud DUMOUCH, Agrégé en
    Sciences religieuses, Paris, 1992

    Expliquez moi comment une "thèse" dans un "cadre doctoral" à la "soutenance non fixée"(?) peut avoir obtenu un Nihil Obstat et à plus forte raison l'Imprimatur deux ans avant l'obtention d'une Maîtrise ?
    Suspect


    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    Penelope

    Messages : 137
    Date d'inscription : 21/11/2011
    Age : 37

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Penelope le Dim 12 Fév - 12:06


    Expliquez moi comment une "thèse" dans un "cadre doctoral" à la "soutenance non fixée"(?) peut avoir obtenu un Nihil Obstat et à plus forte raison l'Imprimatur deux ans avant l'obtention d'une Maîtrise ?
    :?: :?: :?: :?: :?: :?:


    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Invité le Dim 12 Fév - 12:31

    Admin a écrit:
    Non. Benoit XVI ne proclame rien de nouveau et ne parle de rien de nouveau non plus. Ce n'est qu'à la lumière de l'interprétation hérétique d'Arnaud Dumouch que l'on peut prétendre le contraire, interprétation reprenant les théories Wiklyfiennes. Les âmes destinées à être sauvées sont SEULES visées par ces mots du Saint Père qui autrement, deviendrait hérétique. "La rencontre avec le Christ est L'ACTE DECISIF DU JUGEMENT", autrement c'est là qu'il est prononcé à ce moment et déterminera du degré de purification (purgatoire) devant être subi par l'âme. Toute autre interprétation de ces mots n'est pas catholique. IL n'y a pas de "repêchage" dans un "passage de la mort" où elle pourrait se convertir.

    S'il n'y a rien de nouveau dans ce qui décrit le pape (ce salut et cette purification qui se passe face au Christ visible et qui aboutit au jugement), comment expliquez vous ceci : " 47. Certains théologiens récents sont de l'avis que..."

    Parce que, le purgatoire qui suit le jugement, ce n'est pas nouveau pour le coup...

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Invité le Dim 12 Fév - 12:39

    Admin a écrit:IL n'y a pas de "repêchage" dans un "passage de la mort" où elle pourrait se convertir.

    Visiblement, l'Eglise n'est pas aussi définitive que vous. Je lis dans le projet de thèse de Monsieur Dumouch que les théologiens thomistes rejetèrent farouchement cette idée jusqu'en 1965 au point de la mettre à l'Index des livres suspects d'hérésie en la personne de la future sainte Eaustine et par l'action du cardinal Ottaviani.

    Sainte Faustine est en passe de devenir docteur de l'Eglise et le projet de thèse d'Arnaud Dumouch à reçu deux Imprimatur et deux nihil Obstat.

    je me demande si vous n'allez pas un peu trop vite en besogne et si vous ne confondez pas "hérésie" et "doctrine non scolastique".

    Voici le texte de sainte Faustine cité partout :


    « Sainte Faustine, Petit journal 1697. J’accompagne souvent les âmes agonisantes et je leur obtiens la confiance en la miséricorde divine. Je supplie Dieu de leur donner toute la grâce divine, qui est toujours victorieuse. La miséricorde divine atteint plus d’une fois le pécheur au dernier moment, d’une manière étrange et mystérieuse. A l’extérieur, nous croyons que tout est fini, mais il n’en est pas ainsi. L’âme éclairée par un puissant rayon de la grâce suprême, se tourne vers Dieu avec une telle puissance d’amour, qu’en un instant elle reçoit de Dieu le pardon de ses fautes et de leurs punitions. Elle ne nous donne à l’extérieur aucun signe de repentir ou de contrition, car elle ne réagit plus aux choses extérieures. Oh ! Que la miséricorde divine est insondable !
    Mais horreur! Il y a aussi des âmes, qui volontairement et consciemment, rejettent cette grâce et la dédaignent. C’est déjà le moment même de l’agonie. Mais Dieu, dans sa miséricorde, donne à l’âme dans son for intérieur ce moment de clarté. Et si l’âme le veut, elle a la possibilité de revenir à Dieu.
    Mais parfois, il y a des âmes d’une telle dureté de cœur qu’elles choisissent consciemment l’enfer. Elles font échouer non seulement toutes les prières que d’autres âmes dirigent vers Dieu à leur intention, mais même aussi les efforts divins. »
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Admin le Dim 12 Fév - 14:03


    Sainte Faustine est en passe de devenir docteur de l'Eglise et le projet de thèse d'Arnaud Dumouch à reçu deux Imprimatur et deux nihil Obstat.

    Voila exactement le problème. Ni une thèse, encore moins un projet de thèse ne peuvent avoir obtenu d'Imprimatur qui est l'autorisation d'imprimer un "ouvrage" de théologie. Soit Arnaud Dumouch présente un faux, soit il a accolé à sa "thèse" de doctorat (impossible deux ans avant une maîtrise) les NO et Imprimatur de ses deux livres. Ce qui est une grave manipulation relevant de l'usurpation.

    Tout projet de thèse se fait dans le cadre d'un doctorat et est référencée dans le réseau théodoc. Les thèses soutenues sont en rose, les non soutenues en blanc.

    Voir explication ici : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Que signifie concrètement faire partie du réseau Théodoc ? C’est OBLIGATOIRE. L’inscription en première année de thèse fait basculer automatiquement dans cette base de données (case blanche pour les doctorants - case rose pour les théologiens confirmés), au choix ou ensemble.

    Pour vérification, il suffit d’entrer dans la case "Nom de l’auteur", le nom de famille de la personne, puis cliquer sur "Rechercher".

    Le terme "Promoteur" est mis pour "Directeur de thèse" en langage belge.



    Il s’agit d’une base très sérieuse mise à jour. Il y a une "convention" entre les membres du réseau. Quand on a une "case rose" (titre de doctorat) n’importe quel doctorant ou même autre peut venir solliciter une aide théologique. Evidemment, certains universitaires sont davantage pris que d’autres. Ce n’est pas une société secrète mais un outil scientifique qui permet de savoir instantanément qui est qui ? où ? sur quoi porte ses recherches ?



    Monsieur Arnaud Dumouch, s’il avait réellement déposé un projet thèse (en vue d’un doctorat), ferait parti de ce réseau. On ne saute pas du Master 1 au doctorat cher monsieur. Une thèse non soutenue est une thèse REJETEE. Point barre.



    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Admin le Dim 12 Fév - 14:08

    je me demande si vous n'allez pas un peu trop vite en besogne et si vous ne confondez pas "hérésie" et "doctrine non scolastique".

    Je me demande si vous-même vous n'allez pas un peu trop vite en besogne en vous dispersant en dehors de la doctrine de l'église, scolastique et non scolastique. Nulle part, ni Sainte Faustine ni Vatican II ne vont aussi loin qu'Arnaud qui s'égare jusqu'à s'aventurer sur les terres de Wiklyf.

    Sainte Faustine ne fait rien d'autre que parler des situations qu'elle a vécues auprès d'AGONISANTS (sur le point de mourir)et non de cadavres supposés lui révéler ce qu'ils ont vécu dans ce "passage" de la mort qu'Arnaud Dumouch a rendu non pas scolastique mais carrément élastique Laughing


    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Invité le Dim 12 Fév - 14:21

    Admin a écrit:
    Sainte Faustine ne fait rien d'autre que parler des situations qu'elle a vécues auprès d'AGONISANTS (sur le point de mourir)et non de cadavres supposés lui révéler ce qu'ils ont vécu dans ce "passage" de la mort qu'Arnaud Dumouch a rendu non pas scolastique mais carrément élastique Laughing

    Bien sûr qu'il s'agit toujours de personnes en train de mourir ! Reste à savoir jusqu'où ça dure, le fait de mourir !

    Et le pape Benoît XVI, il parle de cadavres ou de vivants qui sont sauvés et purifiés lors de l'apparition du Christ ? Visiblement, ils voient le Christ de leurs yeux et ne sont pas morts tout en étant dans le jugement dernier puisqu'ils sont sauvés.

    Et saint Paul, lorsqu'il voit le Christ, est-il un vivant ou un fantôme, lui qui reconnait trois fois ne pas pouvoir trancher l'affaire :


    2 Co 12, 2 Je connais un homme dans le Christ qui, voici quatorze ans - était-ce en son corps? Je ne sais ; était-ce hors de son corps? Je ne sais ; Dieu le sait - cet homme-là fut ravi jusqu'au troisième ciel. Et cet homme-là - était-ce en son corps? Etait-ce sans son corps? Je ne sais, Dieu le sait --, je sais qu'il fut ravi jusqu'au paradis et qu'il entendit des paroles ineffables, qu'il n'est pas permis à un homme de redire.

    Bref, Admin, ne vous faites pas Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi plus vite que le pape.

    Quant à A. Dumouch, il traite de ce problème de la définition de la mort de manière explicite au centre de son projet de thèse :


    Traité des fins dernières, Q. 8, a. 4 — La mort est-elle instantanée ?

    Objections :

    1. Il semble que la mort soit un processus instantané. En effet, elle est la séparation de l’âme et du corps. Or, l’on peut dire que, à l’instant qui précédait cette séparation, l’âme était encore unie au corps.
    2. Le témoignage de ceux qui ont été ranimés après être passés près de la mort, que ce soit à la suite d’un arrêt cardiaque ou d’un accident semble confirmer ce fait. Elles ont perdu conscience et se sont retrouvées instantanément en dehors de leur corps qu’elles prétendaient voir allongé dans la position où elles l’avaient quitté. Elles ne racontent pas s’être vues quitter progressivement ce corps. Donc la séparation de l’âme et du corps est instantanée.
    3. Les médecins définissent la mort par son caractère irréversible. Or la mort est irréversible à partir du moment où le cerveau est détruit. On peut donc dire avec certitude que l’instant de la mort se situe à ce moment, puisque seul un miracle divin peut provoquer un retour à la vie.
    4. Il semble que la mort est instantanée et qu’elle surprend l’homme comme un voleur selon la parole du Seigneur : « Je viendrai comme un voleur. Veillez et priez car vous ne savez ni le jour ni l’heure. » Celui qui soutient que la mort a une certaine durée ne peut comprendre de quelle manière la venue du Seigneur surprend l’âme. Au contraire, il devrait dire que le Seigneur vient en s’annonçant d’une manière progressive et non comme un voleur.

    Cependant :
    La mort est la séparation de l’âme et du corps. Avant la mort, l’âme est présente au corps comme sa forme ; après la mort, elle ne lui est plus présente. Le premier de ces deux termes, l’avant de la séparation, est un processus qualitatif, c’est-à-dire un devenir qui est nécessairement d’une certaine durée .

    Conclusion :
    Le mot mort est difficile à définir. Il prend plusieurs sens selon la discipline qui l’étudie.
    1° Au sens médical, le sens de l’expression "mort clinique" n’a cessé d’évoluer. Ils appellent mort clinique la destruction irréversible du corps. Elle est liée à un aspect organique, à l’étude de la cause matérielle. Au fur et à mesure que la médecine a progressé, elle a du en repousser plus loin les limites. Ainsi, on déclarait jadis un malade cliniquement mort en s’appuyant sur le fait qu’il ne respirait plus, puis par la constatation de l’arrêt de son cœur ou de l’arrêt de toute activité électrique du cerveau. En dernier lieu, on a dit qu’un malade pouvait être déclaré cliniquement mort lorsque son cerveau avait manqué d’oxygène un temps assez long pour être irrémédiablement détruit. Sauf exception, un cerveau humain resté plus de sept minutes sans oxygène, est cliniquement détruit. Il est vrai que dans ce cas le retour à une vie normale est impossible. Cependant, au plan philosophique, le fait que certains malades morts cérébralement continuent à vivre d’une vie végétative manifeste la présence du principe d’unité de leur vie, c’est-à-dire de leur âme .
    2° Au sens philosophique, la mort est la séparation définitive de l’âme et du corps. C’est l’aspect formel de la mort. Dans l’expérience de la mort approchée, une certaine séparation se fait mais elle n’est jamais définitive. C’est pourquoi, il ne faut pas dire que ces gens sont morts mais qu’ils ont approché la mort.
    3° Il existe une troisième définition de la mort, théologique celle-là. Elle seule intéresse notre sujet. Un homme est mort au moment où il entre dans l’autre monde. Avant, il se trouve dans la mort, c’est-à-dire entre deux mondes. De nombreux témoins revenus d’une N.D.E. affirment que le passage de la mort, d’un monde à l’autre, n’est pas le simple franchissement d’une porte. Ce passage est un cheminement vivant, accompagné d’apparitions et de révélations successives. Certains mystiques comme Marthe Robin affirment que le mourant peut mettre plusieurs jours peuvent à le franchir. Nous verrons (Question 16), que plus d’une tradition religieuse décrivent ce passage, appelé "royaume de la mort" (shéol) comme une errance de plusieurs siècles.

    Solutions :
    1. Même si l’on prend la mort dans son sens philosophique, elle peut avoir deux sens, on peut vouloir signifier le moment précis où l’âme se sépare du corps. En ce sens, la mort est un phénomène instantané. Il est impossible de savoir exactement à quel moment se produit une telle séparation car l’âme est par nature immatérielle et donc non perceptible.
    En un second sens, on peut vouloir parler du processus qui aboutit à cette séparation. En ce sens, la mort à une certaine durée car, comme tout mouvement, elle a un début, un devenir et une fin. Le terme final de ce mouvement qualitatif constitue la mort telle que nous en avons parlé au premier sens. Mais le commencement du processus, qui constitue « l’agonie » a une certaine durée. Même s’il est impossible de dire avec précision le moment où se produit la séparation entre l’âme et le corps, on peut tout de même essayer de le conjecturer en s’appuyant sur des signes physiques. En effet, le fait que l’âme n’est plus active doit être discernable par quelques effets dans le corps qui ne vit que par elle.
    2. L’expérience vécue par ces personnes n’est pas la mort accomplie mais seulement une approche de la mort. On peut le prouver facilement. Ces personnes sont revenues à elles sans qu’il y ait de miracle mais simplement à travers le mécanisme médical d’un réamorçage des fonctions végétatives du corps. Ces personnes n’étaient pas réellement mortes , au moins si l’on définit la mort comme un processus irréversible.
    Si l’on insiste en disant qu’elles ont eu des contacts avec des êtres de l’au-delà comme des proches décédés depuis longtemps ce qui semble confirmer qu’elles étaient vraiment mortes, on peut répondre ceci : ces contacts eux-mêmes semblent s’être produits dans un domaine qui précède l’au-delà. Ces gens ne se disent pas mort mais disent plutôt qu’ils sont dans la mort, c’est-à-dire dans le passage qui relie les deux mondes. Dans l’expérience de la mort approchée, les témoins vivent la différence entre leur expérience et la mort réelle à travers l’apparition d’une limite symbolique mais pourtant réelle (rivière, porte, barrière) dont ils savent par intuition que, s’ils la franchissent, leur retour sur terre sera impossible.
    3. Cette objection parle de la mort clinique . Il s’agit d’une définition qui considère l’aspect organique de la mort. Elle n’aide pas la théologie qui a besoin de connaître le moment où l’âme entre dans l’autre monde, au-delà de ce passage intermédiaire qu’on appelle la mort, le shéol.
    4. Quand Jésus dit qu’il vient comme un voleur, il ne veut pas signifier que l’âme surprise par la mort reste figée pour l’éternité dans l’état où elle a été trouvée de telle façon que celui qui aurait commis la veille avant de s’endormir un péché mortel et aurait omis de s’en repentir sur le champ serait irrémédiablement damné si la mort venait à le surprendre durant le sommeil. Il veut dire que celui qui ne maintient pas habituellement son âme dans la charité prête pour la mort, risque d’être surpris alors qu’il n’est pas prêt et que son éternité se décide.
    avatar
    patrick58

    Messages : 158
    Date d'inscription : 24/11/2011

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par patrick58 le Dim 12 Fév - 14:22

    Bonjour Dejean, et bienvenu ! Vous ne seriez pas fredsinam de gloria TV ? Cool
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Invité le Dim 12 Fév - 14:35

    j'ai enfin été voir la question de l'hérétique John Wyclif.

    Il a été condamné pour plusieurs thèses dont celle de l'enfer non éternel.

    Mais il n'a pas été condamné pour la question de la venue du Christ à l'heure de la mort puisque vers la même période, un grand pape soutient la même chose à titre privé :


    D’Innocent III, Le mépris du monde ou la misère de la condition humaine, Livre 3
    Chapitre 43.
    Au sujet de la venue du Christ au jour de la mort de chaque homme.

    « Tant le bon que le méchant voit le Christ en croix, avant que l’âme ne sorte du corps. Le méchant le voit à sa confusion, pour rougir de ne pas avoir été racheté par le sang du Christ, comme sa faute l’exige. C’est pourquoi il est dit des méchants dans l’évangile : « Ils verront celui qu’ils ont transpercé » (Jn 19, 37), ce qui s'entend de la venue du Christ au jugement, et de sa venue au jour de la mort de chaque homme.
    Le bon, lui, le voit pour son exultation. Et nous tirons cela des paroles de l’Apôtre qui dit : « Jusqu'à l’avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ » (1Tm 6, 14), c’est-à-dire au jour de la mort, quand le Christ en croix apparaît tant aux bons qu’aux méchants ; et le Christ lui-même dit à propos de Jean l’évangéliste : « Si je veux que celui-ci demeure, jusqu’à ce que je vienne » (Jn 21, 22), c’est-à-dire « jusqu’à ce que je vienne à sa mort ».
    De fait, nous lisons qu’il y a quatre venues du Christ : deux visibles et deux invisibles.
    La première venue visible fut dans la chair, quand il est né de la Vierge ; la deuxième venue visible est au Jugement, quand il jugera les bons et les méchants, quand il mettra les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche.
    La première venue invisible se fait dans l’esprit du juste par la grâce ; c’est pourquoi le Christ dit de l’homme juste : « Nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui » (Jn 14, 23). Donc l’âme du juste est le siège et la demeure de Dieu, ainsi qu’il est écrit : « L’âme du juste est le trône de Dieu », parce que Dieu siège en lui par la grâce. La deuxième venue invisible est à la mort de chaque fidèle ; c’est pourquoi Jean, dans l’Apocalypse, désirant être libéré de la prison du corps, dit au Christ : « Viens, Seigneur Jésus » (Ap 22, 20), c’est-à-dire à ma mort ; c’est pourquoi on dit qu’au jour de sa mort, le Christ vint à sa rencontre. »


    Donc je trouve que vous devriez réactualiser votre documentation et cesser de vous documenter sur des sites visiblement acharnés contre cet intéressant et original théologien.


    Quant à la polémique sur ses diplômes, j'ai regardé le lien que vous indiquez. La personne qui le tient filtre le moucheron !
    Je trouve que les réponses en scanning de ses diplômes de Monsieur Dumouch mettent fin à toute polémique :

    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Invité le Dim 12 Fév - 14:40

    patrick58 a écrit:Bonjour Dejean, et bienvenu ! Vous ne seriez pas fredsinam de gloria TV ? Cool

    Je débarque dans cette polémique grâce à Admin qui a posté un commentaire de l'Abbé Pagès sur l'enseignement de Monsieur Dumouch.

    Et grâce à cela, j'ai découvert pourquoi tant de personnes, souvent en rupture avec Vatican II, essayaient de tous les moyens possible de dézinguer ce théologien sur Internet :

    Je crois qu'il est le premier à présenter une synthèse sur le salut, harmonieuse, intégrant tous les Conciles y compris Vatican II.

    Merci Admin !
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Admin le Dim 12 Fév - 14:47

    j'ai enfin été voir la question de l'hérétique John Wyclif.

    Il a été condamné pour plusieurs thèses dont celle de l'enfer non éternel.

    Mais il n'a pas été condamné pour la question de la venue du Christ à l'heure de la mort puisque vers la même période, un grand pape soutient la même chose à titre privé :

    Vous plaisantez ?! Suspect Pour information, peut être devriez-vous vous-même approfondir la question de l'hérésie Wiklyfienne :


    « Toute personne dans l’état de voie [c'est à dire toute personne sur terre, non encore arrivée au terme de sa vie qui est soit l'enfer, le purgatoire ou le paradis], tant adulte que non adulte, musulman, juif et païen, même mort dans le sein maternel, aura une claire vision de Dieu avant sa mort(pour Arnaud D., le moment où l'âme voit Dieu "face à face" comme il aime à le répéter), vision par laquelle il aura le libre choix de se convertir à Dieu ou de s’en détourner; et si alors il choisit de se tourner vers Dieu, il sera sauvé, autrement, il sera damné. » (L’Ami du Clergé,1932,p.133 ;wikipedia,JohnWiclif).

    Vous n'allez pas venir ici me tenir les mêmes discours stériles et dépourvu d'objectivité qui m'ont été servis sur gloria si ? Avançons si vous le voulez bien avec des arguments intéressants et honnêtes.


    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Admin le Dim 12 Fév - 14:50

    patrick58 a écrit:Bonjour Dejean, et bienvenu ! Vous ne seriez pas fredsinam de gloria TV ? Cool

    Cher ami, peu importe. Ce qui compte est le débat, mais j'ai moi aussi une curieuse impression de "déja vu". Cela dit ça ne me dérangerait pas du tout d'accueillir fredsinam, qui est très sympa au demeurant, même s'il est parfois crispant dans son entêtement (mais juste pour défendre son copain Arnaud).


    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Invité le Dim 12 Fév - 14:56

    Admin a écrit:l'hérésie Wiklyfienne :

    aura une claire vision de Dieu avant sa mort

    Une clair vision de Dieu avant la mort, c'est un moment de vision béatifique avant la mort, non ?

    Cela n'a rien à voir avec ce que dit le pape Innocent III, le pape Benoît XVI et Arnaud Dumouch qui, pour leur part, parlent d'une apparition de l'humanité glorieuse du Christ à l'heure de la mort ?

    J'essaye juste d'être honnête ... En théologie, chaque mot est précis ...
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Admin le Dim 12 Fév - 15:02

    Dejean a écrit:
    Admin a écrit:l'hérésie Wiklyfienne :

    aura une claire vision de Dieu avant sa mort

    Une clair vision de Dieu avant la mort, c'est un moment de vision béatifique avant la mort, non ?

    Cela n'a rien à voir avec ce que dit le pape Innocent III, le pape Benoît XVI et Arnaud Dumouch qui, pour leur part, parlent d'une apparition de l'humanité glorieuse du Christ à l'heure de la mort ?

    J'essaye juste d'être honnête ... En théologie, chaque mot est précis ...

    C'est vrai aussi. Autant pour moi. Ce qui doit être souligné est plutôt ce passage :

    « Toute personne dans l’état de voie [c'est à dire toute personne sur terre, non encore arrivée au terme de sa vie qui est soit l'enfer, le purgatoire ou le paradis],

    Cependant, ça ne change rien au fait que Arnaud Dumouch parle d'un passage de la mort suffisamment long, où Jésus et Lucifer en gloire proposeraient chacun le Salut aux âmes. Ca, ni Inocent III, ni Benoit XVI n'ont osé le faire.


    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Admin le Dim 12 Fév - 15:06


    « Toute personne dans l’état de voie [c'est à dire toute personne sur terre, non encore arrivée au terme de sa vie qui est soit l'enfer, le purgatoire ou le paradis], tant adulte que non adulte, musulman, juif et païen, même mort dans le sein maternel, aura une claire vision de Dieu avant sa mort, vision par laquelle il aura le libre choix de se convertir à Dieu ou de s’en détourner; et si alors il choisit de se tourner vers Dieu, il sera sauvé, autrement, il sera damné. » (L’Ami du Clergé,1932,p.133 ;wikipedia,JohnWiclif).

    En fait, même Wiklyf n'a pas osé aller aussi loin, même si sa théorie hérétique suppose la vision béatifique ante mortem, puisque jusqu'au dernier moment l'Esprit Saint peut convertir les âmes (ce que nous dit Sainte Faustine et qu'enseigne le bon Laron) et qui néanmoins, ne saurait constituer une généralité mais des grâces exceptionnelles.



    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1170
    Date d'inscription : 19/11/2011

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Admin le Dim 12 Fév - 15:08

    Cela n'a rien à voir avec ce que dit le pape Innocent III, le pape Benoît XVI et Arnaud Dumouch

    Euh... là par contre désolée mais Arnaud Dumouch ne dit pas ce que dit le Saint-Père ni ce qu'a dit Innocent III. Il faut arrêter un peu de faire ces amalgames aussi pénibles de déplacés.


    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X
    avatar
    Invité
    Invité

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Invité le Dim 12 Fév - 15:17

    Admin a écrit:

    Cependant, ça ne change rien au fait que Arnaud Dumouch parle d'un passage de la mort suffisamment long, où Jésus et Lucifer en gloire proposeraient chacun le Salut aux âmes. Ca, ni Inocent III, ni Benoit XVI n'ont osé le faire.

    Par contre je vois cela chez sainte Faustine, mais à travers une illumination finale et ça lui a valu d'être mise à l'Index par un Cardinal préfet du Saint Office.

    Donc, Admin, je serais vous, je serais plus prudent et je mettrais un caractère plus qu'hypothètique au titre de ce fil.

    ce serait dommage que, ayant été en lutte contre une grande avancée en théologie, votre forum soit une marque de plus de la manière dont les catholiques traitent leurs chercheurs en théologie.

    Contenu sponsorisé

    Re: Théologie d'Arnaud Dumouch : ATTENTION !

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 26 Juin - 1:55