Forum d'évangélisation placé sous la protection spéciale de Saint Michel Archange


    “Choisir” son enfant ? “Choisir” un enfant gay ?

    Partagez
    avatar
    Admin
    Admin

    Messages : 1169
    Date d'inscription : 19/11/2011

    “Choisir” son enfant ? “Choisir” un enfant gay ?

    Message par Admin le Ven 10 Aoû - 19:43

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Une télévision néo-zélandaise a [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    un bioéthicien en tournée donner une série de conférences sur les
    nouvelles possibilités de tri génétique des embryons et des enfants à
    naître. Le Pr Robert Klitzman, fondateur du Columbia University Centre
    for Bioethics, pose de nombreuses questions sur les nouveaux moyens de
    dépister de nombreuses caractéristiques de l'enfant à naître – défauts
    génétiques, prédisposition au cancer ou à Alzheimer, traits physiques –
    qui deviennent de plus en plus étendus et de plus en plus aisés à mettre
    en œuvre, et aussi moins onéreux.

    La question se posera de plus en plus, à des « millions de parents »,
    dit-il, de savoir s'ils veulent garder un enfant dont on saura dès la
    gestation qu'il est atteint d'une maladie quelconque, par exemple une
    maladie dont souffre l'un des parents, confronté dès lors à une question
    difficile : s'il décide d'éliminer l'enfant, qu'est-il en train de dire
    sur lui-même et sur sa propre vie ?

    Le tri préimplantatoire prend lui aussi de l'ampleur, comme nous le
    savons déjà en France, où la recherche sur la lutte contre la myopathie
    consiste largement à favoriser l'élimination d'embryons atteints pour
    n'implanter que des enfants sains…

    Avec les milliers de nouvelles conditions dépistables, on va évidemment
    vers un tri accru, et même, probablement, vers une commercialisation
    accrue de ces procédés : les riches, demande le Pr Klitzman, seront-ils
    avantagés par la possibilité de « mieux » choisir leur enfant que les
    pauvres ?

    Pourra-t-on choisir un embryon présentant telle mutation plutôt que telle autre ?

    Que dire de la situation aux Etats-Unis, la Russie et l'Inde, les seuls
    pays au monde où l'on peut aujourd'hui légalement acheter des ovules ou
    du sperme pour des fécondations artificielles ?

    Dans son interview à la TVNZ, le Pr Klitzman ne fait que plaider pour le
    débat, n'apportant pas de réponses et encore moins de jugements sur le
    plan moral : interrogé sur le fait de savoir où il fallait fixer la
    limite, il a répondu qu'il s'agit d'« engager ces discussions et de
    penser au type d'homme que nous voulons ».

    Sa réponse dit plusieurs choses : un, il n'y a pas de règle morale
    préétablie dictant une conduite conforme à la dignité de l'homme ; deux,
    l'éthique que l'on devrait s'imposer sur ce plan ne résultera que du
    débat et d'un choix pris collectivement (à la majorité politique ou à la
    faveur des avis des bioéthiciens, sans doute) ; trois, même ce débat
    essentiellement relativiste n'a pas lieu aujourd'hui, puisque Klitzman
    ne fait que plaider pour qu'il ait lieu.

    Au cours de son interview, Robert Klitzman a affirmé : « Nous trouverons
    peut-être des tests permettant de dépister l'homosexualité. » Ce qui
    ouvrirait la route à la possibilité de choisir d'avoir un « enfant gay
    »… ou non.

    Comme si l'homosexualité était nécessairement inscrite dans les gènes ou acquise in utero
    Cette thèse de l'homosexualité innée est le plus souvent brandie pour
    affirmer que ce n'est ni une déviance, ni une condition liée à des
    raisons psychanalytiques, ni une affection née du contexte du l'enfance –
    rapport avec le père ou la mère, abus sexuels, etc… Elle est aussi à
    l'origine de l'idée qu'on ne « soigne » pas l'homosexualité et que le
    simple fait de proposer d'en « guérir » est déjà de l'homophobie – comme
    l'est alors, forcément, tout discours affirmant que le comportement
    homosexuel est un mal ou un péché. (Voir par exemple [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] du Monde. Il rappelait en 2010 – pour s'en démarquer discrètement – « la ligne du Vatican » : «
    “On ne naît pas homosexuel, mais on le devient. Pour différentes
    raisons, des questions d'éducation, parce qu'on n'a pas développé sa
    propre identité au cours de l'adolescence”, a ainsi affirmé en décembre
    le cardinal Javier Lozano Barragan, ancien ministre de la santé du pape.
    »


    _________________
    "L'Église ne se défend pas, ni ne s'adapte, mais sanctifie" - St Pie X

      La date/heure actuelle est Ven 20 Oct - 14:25